JdS2012


 English   -  Français  

Résumé de communication



Résumé 91 :

Prévision rétrospective des apports hydrologiques du passé à partir des cernes des épinettes noires (Picea mariana (Mill.) B. S. P.) établies dans le Nord-du-Québec.
Boreux, Jean-Jacques ; Nicault, Antoine ; Bernier, Jacques
SFDS

Dans des régions du monde où les périodes de végétations sont incluses dans l’année calendaire, les espèces d’arbres montrant un anneau annuel de croissance sont des bioindicateurs de leur environnement. Leurs cernes enregistrent, non seulement les conditions de site (sol, pente, orientation, compétitions entre individus, feux de forêt, attaque d’insectes, etc.), mais aussi les conditions météorologiques caractérisant l'état moyen de l'atmosphère durant chaque période de végétation. La dendroclimatologie cherche à établir des liens entre la croissance des cernes et les variations climatiques du passé. Les chroniques brutes doivent être filtrées pour tenir compte de l’effet de l’âge tout en préservant l’information climatique cachée dans le cerne. Dans le Nord-du-Québec, l’épinette noire (Picea mariana (Mill.) B. S. P.) est très répandue, notamment aux latitudes des aménagements hydroélectriques construits, dès 1973, par la Société d’énergie de la Baie James pour le compte d’Hydro-Québec. A partir de sept sites échantillonnés dans les environs du bassin de Caniapiscau, l’objectif est de reconnaitre les périodes antérieurs à la production hydroélectrique qui auraient pu lui être propices ou adverses, ceci à des fins d’anticipation dans un contexte d’adaptation aux changements climatiques. Un modèle statistique bayésien, prenant en compte l’effet de l’âge, extrait un facteur commun des arbres échantillonnés sur un site donné. La période contemporaine permet d’étudier le lien entre ce facteur commun et les apports au bassin de Caniapiscau. L’inversion de ce lien autorise des paris sur le niveau de ces apports aux périodes antérieures.